Déroulement

PDF version Partager sur Twitter Partager sur Facebook

La cause de béatification du père Henri Caffarel a été ouverte au terme d’une procédure introduite par l’Archevêque de Paris, lorsqu’il a eu la conviction de sa réputation de sainteté, c’est-à-dire de son rayonnement dans les coeurs après sa mort terrestre.
Le premier acte a été la constitution d’un acteur de la cause, l’association "les Amis du Père Caffarel". L’acteur a nommé un postulateur, le père Paul-Dominique Marcovits. L’Archevêque de Paris a constitué une commission, chargée de conduire en son nom l’enquête diocésaine, Il a désigné Mgr Maurice Fréchard pour présider cette commission, deux théologiens pour examiner la qualité théologique et spirituelle des écrits, et trois historiens pour approfondir la connaissance de la biographie du P. Caffarel, de sa personnalité, de sa spiritualité, et leur portée dans le contexte historique. La cause de canonisation, dont la béatification est la première étape, a été ouverte le 25 avril 2006.
Sous l’autorité de l’archevêque de Paris, la session de clôture de l’enquête diocésaine a eu lieu le 18 octobre 2014. Le dossier a été déposé à la Congrégation pour les Causes des Saints à Rome le 10 novembre 2014, afin que commence la phase romaine de la procédure. Un postulateur romain a été nommé, le père Angelo Paleri. La Congrégation pour les Causes des Saints dirige la rédaction de la "Positio super virtutibus". Ce travail est une synthèse présentant la vie et la pratique des vertus du Serviteur de Dieu, destinée à être examinée par les consulteurs puis par les Cardinaux membres de la Congrégation qui pourront proposer au Pape de reconnaître l’héroïcité des vertus.

N’est béatifié que quelqu’un qui est un ‘‘vivant’’ pour nous, quelqu’un qui vit avec nous, qui nous entraîne vers Dieu, qui nous pousse à la charité pour les autres, qui est aussi source de paix pour nous-mêmes. Donc, ce qui est maintenant important pour nous, est de nous tourner souvent vers lui et de solliciter son aide avec confiance. Voici deux orientations.

  1. Demandons au Seigneur des grâces par l’intercession du Père Henri Caffarel.
    - Beaucoup demandent en effet à un saint de les aider dans la multiplicité des événements de leur vie quotidienne. Il est souvent demandé au père Caffarel d’intercéder auprès du Seigneur pour les problèmes de couple, pour des réconciliations... mais aussi pour bien des choses matérielles, physiques...

    - Lui demander d’intervenir auprès de Dieu, c’est montrer que le père Caffarel est présent dans notre vie quotidienne, que nous pensons que son action si féconde sur la terre est aussi – et même davantage – féconde maintenant que nous croyons qu’il est au ciel, en présence de Dieu.
     
  2. Demandons au Seigneur de faire un miracle par l’intercession de son serviteur, le Père Henri Caffarel.
    -Un miracle est une guérison physique, instantanée, définitive. Le miracle est une « confirmation du ciel ». Il confirme ce que l’Eglise désire proclamer : la sainteté du serviteur de Dieu, qui peut être alors reçue comme un exemple par les fidèles.

    - Si, à la prière du père Caffarel, Dieu intervient de façon extraordinaire dans la vie de quelqu’un, cela confirme la sainteté du père Caffarel.

Nous vous serions reconnaissants de communiquer au postulateur romain les grâces que vous recevez : elles sont signes de la présence du Père Henri Caffarel au milieu de nous. C’est au milieu de ces grâces qu’un miracle sera donné par Dieu à son peuple.