Monseigneur François Fleischmann, un grand serviteur des Équipes Notre-Dame et de la cause de canonisation du Père Caffarel, nous a quittés

PDF version Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Monseigneur Michel Aupetit confie à votre prière :

Monseigneur François Fleischmann
Prélat d’Honneur, chanoine honoraire
décédé le vendredi 26 janvier,
à l’âge de 83 ans, en sa 56ème année de sacerdoce.
Mgr Fleischmann a rejoint la Maison du Père ce matin vers 11h.

Que Dieu l’accueille dans sa paix.

Ses obsèques auront lieu à Notre-Dame de Paris, le vendredi 2 février 2018 à 10h.

"Mgr François Fleischmann a été conseiller spirituel de l’Équipe Responsable Internationale de 2000 à 2006. Durant ce mandat, il a été à l’origine du lancement de la cause de canonisation du Père Henri Caffarel avec Marie-Christine et Gérard de Roberty, en 2003. Dès le commencement, il a contribué au développement de la procédure d’ouverture de la cause par ses conseils et son expérience. Il a ensuite, comme chancelier du diocèse de Paris, participé à l’élaboration de tous les documents officiels concernant la cause. Il a surtout réalisé un travail énorme, la numérisation de tous les textes du père Caffarel : éditoriaux de toutes les revues, conférences, textes divers. C’était un connaisseur irremplaçable de l’œuvre écrite et de la pensée du Père Caffarel. Il avait étudié tout spécialement L’Anneau d’Or, comme il l’a démontré lors de sa communication au colloque Henri Caffarel. Prophète pour notre temps, en décembre 2017. Mgr Fleischmann était un conseiller actif de l’association des Amis du Père Caffarel. Il avait accepté de participer au travail de la Positio pour lequel il était un soutien précieux pour le Père Paul-Dominique Marcovits, Rédacteur de la cause, et pour Marie-Christine Genillon." 
Les Amis du Père Caffarel 

Le père Paul-Dominique Marcovits, o.p., rédacteur de la cause du Père Caffarel rend hommage à Mgr François Fleischmann
     "Mgr François Fleischmann était grand. Il pouvait en imposer. Ce fut ma première impression lorsque je l’ai rencontré pour la première fois en 2005, aux Équipes Notre-Dame. Mais ses yeux, pétillants, se plissaient lorsqu’il manifestait son accueil, joyeux et confiant. Un lumineux sourire achevait de mettre à l’aise. J’étais frappé par la joie qui l’habitait, une joie qui venait de sa foi en Dieu et de son attachement à l’Église. 
       L’expression : ‘‘Homme d’Église’’, lui convient tant sa présence était habitée par le mystère de l’Église qu’il aimait servir. J’avais entendu parler de lui bien avant de l’avoir rencontré et je savais les immenses services qu’il avait rendus lorsqu’il était à Rome, à la Secrétairerie d’Etat, mais aussi en d’autres moments de son ministère. Aussi, lorsque je le rencontrai, je me sentais toujours grandi, élevé, mis en face de la noblesse de l’Église. Son humilité était profonde et naturelle. Il est vrai qu’il n’avait pas besoin de se mettre en avant : son travail était fait avec tant d’exactitude et de précision que ses œuvres parlaient pour lui. Même si, aux Équipes Notre-Dame, on l’appelait : ‘‘Père’’, on parlait toujours de ‘‘Monseigneur’’ Fleischmann. J’aime ce titre ! Il dit notre admiration et notre attachement. Surtout, il ne met aucune ombre à son humilité… Que voulez-vous, François Fleischmann était d’Église ! C’est là sa dignité et il en était heureux. 
       Lorsqu’en 2005, Marie-Christine et Gérard de Roberty, responsables internationaux des Équipes Notre-Dame, m’ont nommé postulateur de la cause du Père Henri Caffarel, avec Marie-Christine Genillon comme vice-postulatrice, Mgr François Fleischmann a été présent pas à pas tout au long du travail jusqu’à aujourd’hui. Il savait tout ce qu’il fallait faire, il connaissait tout le monde. Son jugement était sûr et moi-même comme tous ceux qui œuvraient dans ‘‘L’Association des Amis du Père Caffarel’’, nous écoutions avec attention toutes ses paroles. Je lui ai dit souvent : « Je vous suis, je marche derrière la nuée lumineuse. » Je n’ai jamais rien fait d’important sans lui en parler.
       Pendant les années où nous faisions l’enquête diocésaine sur le Père Caffarel, Mgr Fleischmann a fait en particulier un travail considérable de numérisation. Combien de fois, je l’ai vu déposer un gros dossier sur la table, simplement, comme s’il n’y avait là rien d’important. Là encore, se mesurent son humilité et son amour du travail bien fait. Il travaillait pour les Équipes, sa seconde famille ! 
       Mgr Fleischmann est né en Alsace, dans la très belle ville de Barr. Lorsqu’il est venu me voir – je venais de quitter mon couvent de Paris pour celui de Strasbourg – nous sommes allés tous les deux dans sa patrie natale. Ce fut très émouvant. Sa vie fut essentiellement parisienne mais je garde le souvenir de la lumière qui l’habitait pendant ce pèlerinage. 
       Monseigneur ! Cher Père ! Vous êtes parti trop tôt. Rédacteur de la cause du Père Caffarel, je comptais totalement sur vous. Vous allez grandement nous manquer. Mais maintenant, auprès de Dieu, vous êtes avec le Père Caffarel, vous pouvez vous parler directement. Veuillez, avec lui, intercéder pour nous… pour cette cause aussi qui est celle du mariage et de l’oraison !" 
 

Communiqué de l'évêché de Paris :
"François Fleischmann, né à Strasbourg le 2 mai 1934, a été ordonné prêtre le 14 avril 1962 en la cathédrale Notre-Dame de Paris. Aumônier adjoint au lycée Henri IV (5e) jusqu’en 1963, il a ensuite été professeur au Petit séminaire de Conflans, pendant huit ans.
En 1971, il a été nommé vicaire à Ste-Jeanne de Chantal (16e) où il reste pendant quatre ans, étant de surcroît, en 1974, pour un an, en charge du centre religieux du palais des Congrès (Porte Maillot). En 1975, il est nommé vicaire à Ste-Odile (17e) ; en 1981 il devient adjoint responsable de St-Pierre de Chaillot où il s’occupe de la catéchèse au Lycée de L’Assomption Lübeck (16e).
De 1983 à 1998, il est nommé à la Secrétairerie d’État au Vatican pour la section francophone. Cette mission au service du Saint-Père et de l’Eglise universelle, malgré son caractère parfois austère, a été pour lui une source d’élargissement et d’épanouissement. Les audiences du mercredi lui ont permis d’approcher un peu saint Jean-Paul II, notamment lors des audiences du mercredi. Il en sera fort marqué.
De retour à Paris en 1998, il est nommé curé à St-François-Xavier (7e), charge qu’il occupera jusqu’en 2003. En 2002, il est nommé chancelier du diocèse et vicaire épiscopal au bureau des mariages. En 2010, il se retirera un peu, de sa charge de chancelier d’abord, de celle du bureau des mariages ensuite. Résidant à Saint-Lambert-de-Vaugirard, il rendra de nombreux services à la paroisse. 

Au long de son ministère, Mgr François Fleischmann a accompagné des Équipes Notre-Dame et participé activement à la vie du mouvement. Il a été conseiller spirituel de l’équipe internationale, grande expérience là encore de la vie de l’Église universelle et de l’action de la grâce de Dieu. Une conséquence en a été que Mgr Fleischmann s’est investi au service de la cause de canonisation du Père Henri Caffarel, fondateur des Equipes Notre-Dame. Il est intervenu le 8 décembre dernier au colloque organisé au collège des Bernardins à l’occasion du 75ème anniversaire de la Charte des Équipes en donnant une contribution sur la revue L’Anneau d’Or, pour laquelle il avait fourni les années précédentes un travail minutieux.

En 2003, il avait été nommé chanoine titulaire de Notre-Dame de Paris. En 2005, il a été élu doyen des chanoines titulaires. En 2013, à la retraite, il est au service de la paroisse St-Lambert de Vaugirard (15e). En 2014, il devient chanoine titulaire émérite.

Le Père François Fleischmann était un homme d’une grande humilité et d’une grande profondeur, dévoué à la mission pour tous dans une seule Église. Nos prières l’accompagnent pour que Dieu accueille son fidèle serviteur dans sa joie et sa paix. Et nous rendons grâce à Dieu pour les fruits de son ministère."

Le père de Farias, conseiller spirituel de l'Équipe Responsable Internationale des Équipes Notre-Dame lui rend hommage :
http://www.equipes-notre-dame.com/fr/la-vie-du-mouvement/actualites/monseigneur-francois-fleischmann-un-grand-serviteur-des-equipes-notre